Animalisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Animalisme

Message par Le Rouge le Lun 12 Avr - 11:50

La Bête se trouve au cœur de toute créature, des rats aux anciens vampires. La discipline d’Animalisme permet au vampire de développer un lien étroit et intense avec sa nature primordiale. Non seulement il communique par empathie avec les créatures inférieures, mais il peut également projeter sur elles la force de sa volonté, prenant ainsi le contrôle des animaux. De plus, en acquérant du pouvoir, le vampire peut utiliser l’Animalisme pour contrôler la Bête des mortels et même celle d’autres créatures surnaturelles.
Un vampire qui n’a pas ni cette discipline ni la compétence d’animaux effraye les animaux. Les bêtes deviennent très agitées à proximité d’un vampire, allant parfois jusqu’à s’enfuir ou attaquer. Au contraire, un vampire disposant de l’Animalisme est rassurant pour les créatures inférieures, qui sont même souvent attirées par lui.




Niveau 1: Murmure de fauve


Ce pouvoir est la base de tous les autres pouvoirs d’Animalisme. Le vampire crée un lien empathique avec un animal, lui permettant de communiquer ou de donner des ordres simples. Le vampire doit capter le regard de la bête et lui transmettre ses désirs par la seule force de la volonté. Il n’est pas nécessaire de ‘’parler’’ en sifflement, aboiement ou grognement, mais certains vampires trouvent que procéder ainsi renforce le lien avec l’animal.


Niveau 2: Appel


Le lien entre vampire et la Bête est à présent suffisamment solide pour qu’il puisse lancer un appel avec la voix d’un animal précis : hurler comme un loup, croasser comme un corbeau, etc. Cet appel est mystiquement perçu par les représentants de cette race. Comme chaque animal a un cri différent, l’Appel ne fonctionne qu’avec une espèce à la fois. Tous les animaux de cette race pouvant l’entendre sont invités, mais chaque individu peut décider de répondre ou non. Le vampire n’a aucun contrôle sur les bêtes qui lui répondent, mais celles-ci sont bien disposées envers lui et écouteront ce que le vampire a à leur demander.


Niveau 3: Dompter la Bête


En sa qualité de prédateur ultime, le vampire est très lié à la nature bestiale qui se cache dans le cœur de chaque mortel. Un vampire qui développe ce pouvoir peut imposer sa volonté à un mortel (humain ou animal), soumettant la Bête en lui. Ceci étouffe chez la victime toutes les émotions puissantes : espoir, colère, inspiration. Le vampire doit soit toucher la cible, soit la regarder droit dans les yeux pour pouvoir imposer sa volonté.
Les mortels qui ont perdu le feu de leur Bête intérieure sont très facilement manœuvrable, réagissant avec indifférence aux situations les plus tendues. Même les mortels les plus courageux ou les plus insensés deviennent apathiques et sans réaction, et un sujet particulièrement sensible pourra souffrir d’une phobie durant l’influence du pourvoir.
Différents clans donnent divers noms à ce pouvoir, bien que l’effet reste le même. Les Tzimisces l’appellent Soumettre la Bête, ça ils forcent l’esprit plus faible du mortel à se soumettre de peur face à la Bête du vampire. Les Nosferatus l’appellent Chant de Sérénité, car ils plongent la Bête de la cible dans un état de satisfaction totale, leur permettant de se nourrir librement. Les Gangrels l’appellent Dompter la Bête, et placent l’esprit mortel dans un état de peur ou d’Apathie selon les besoins.


Niveau 4: Soumission de l'esprit


En plongeant son regard dans celui d’un animal, le vampire peut le posséder psychiquement. Certains anciens vampires pensent que, les animaux n’ayant pas d’âme mais uniquement un esprit, le vampire peut glisser sa propre âme dans le corps de l’animal. La plupart des jeunes vampires pensent qu’il s’agit plutôt de transférer sa conscience dans l’esprit de l’animal. Dans tous les ça, tous s’accordent à dire que l’esprit (ou la pensée) plus faible de l’animal est mis de côté par la conscience du vampire. Le corps du vampire tombe alors dans un état d’immobilisme proche de celui de la torpeur tandis que son esprit prend le contrôle des actions de l’animal. Il restera dans cet état jusqu’au retour de son esprit.
Les Tzimisces utilisent rarement ce pouvoir, considérant comme dégradant d’entrer dans le corps d’un être inférieur. Lorsqu’ils y sont contraints, ils ne choisissent que des prédateurs. Au contraire, les Gangrels trouvent qu’il s’agit d’un moyen fondamental pour entrer en contact avec le monde naturel. Ils cherchent alors à essayer un maximum d’animaux différents.


Niveau 5: Extraire la Bête


À ce niveau d’Animalisme, le vampire a une compréhension très intime de la Bête Inférieure. Lorsque cet esprit prédateur menace de submerger son âme et de le faire sombrer dans la frénésie, le vampire peut évacuer ses pulsions sauvages vers une autre créature. Le récipiendaire de la Bête du vampire sombre immédiatement dans la frénésie. Il s’agit cependant d’une frénésie surnaturelle, puisque la victime ressent la fureur du vampire. Et donc les comportements et expressions propres et même la tonalité de la voix du vampire sont facilement décelables dans les actions violentes de la victime.
Les Gangrels et les Tzimices sont réputés pour relâcher leur Bête sur autrui. Les Gangrels le font pour que leurs goules soient particulièrement efficaces et impitoyables durant un combat. Les Tzimisces se soucient moins de qui reçoit leur Bête puisqu’ils l’extraient essentiellement pour rester maître de leurs propres actes. Le vampire doit être en frénésie ou proche de l’être pour utiliser ce pouvoir.
avatar
Le Rouge
Admin

Messages : 103
Date d'inscription : 28/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://moonlight-masquerade.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum